Je vous présente Séverine du blog Prunettte

Présente toi pour que les lecteurs puissent te connaitre 

Je suis Séverine sur la route des 25 ans dans deux mois, je suis diplômée en master en tourisme et communication. A travers ces études, j’ai relié tout ce que j’aimais : le tourisme, les voyages, les découvertes, le relationnel, l’écriture et la communication web. De nature optimiste, je suis un peu une aventurière dans l’âme qui a toujours été dans son petit confort. J’aime relever de nouveaux défis, me surpasser et me prouver à moi-même que je peux y arriver. C’est alors que la grande question s’est posée : « qu’est-ce que je fais après mes études ? ». Travailler dans le tourisme sans avoir voyagé sur une longue durée me semblait paradoxal. Tout le monde dans ma promo avait déjà été dans les quatre coins du monde… Et pas moi. Il était donc indispensable que je me fasse moi ici ma propre expérience.

Quels sont tes objectifs de voyages ?

Nous sommes arrivés à Montréal le 1er février avec l’idée d’y rester trois ou quatre mois pour ensuite partir vers Toronto. Ou du moins une ville anglophone. Ce projet a vite été chamboulé, revoyant tous nos objectifs et nos envies… Deux jours après notre arrivée, j’ai passé un entretien dans une agence réceptive de voyage. J’ai été embauchée le jour même. Une opportunité unique. Mon premier vrai travail dans mon secteur et en plus à Montréal. Depuis maintenant trois mois, je travaille dans cette agence. Nous pensons donc rester à Montréal plus longtemps que prévu. Un an, ou peut être un peu plus. Histoire de se faire une belle expérience, d’économiser un petit peu avant de partir en road trip dans l’Ouest Canadien et l’Ouest Américain. Nous, on est venu dans l’idée de voyager. Alors, on part les week-end, on se programme des petites escapades de quelques jours par ci par là : Toronto, New-York… Et on prépare surtout le road trip qui terminera notre PVT en beauté. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises façons de vivre un PVT. Chacun le vit à sa manière, comme il le souhaite. C’est le secret de la réussite !

Pourquoi as tu choisi ce permis de travail ouvert plutôt qu’un autre ?

Je n’avais pas de travail avant de venir ici, donc pas de JP (Jeune Pro) possible. Le PVT c’était le mieux pour voyager et travailler sans être bloquée chez un employeur.

Il y a 14 destinations PVT qui existe pourquoi le Canada ?

Venir en PVT et s’expatrier dans une nouvelle ville, un nouveau pays, une nouvelle culture, c’est dépaysant. Le Canada offre cette chance de « facilité ». Elu meilleur pays où il fait bon vivre, ce n’est pas difficile de se sentir bien. Cela reste un pays américanisé oui, mais où l’on retrouve une culture proche de la notre.  Le PVT a commencé directement sans un moment de repos. Ici, les opportunités ne manquent pas. Je ne dis pas que c’est facile pour tout le monde, loin de là. Je pense que nous avons eu beaucoup de chance. Toutefois, pour ceux qui le veulent, ils y arriveront. J’ai certes trouvé un travail dans ma branche, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Je ne pensais absolument pas venir au Canada et travailler dans le tourisme.. J’ai eu beaucoup de chance. Pour autant, des petits jobs il y en a plein. Si vous ne trouvez pas dans votre secteur, il y aura toujours un petit job pour vous dépanner en attendant de trouver votre opportunité.

Si tu avais un conseil à donner à une personne qui voudrait tenter cette aventure, que lui dirais tu ?

 Je lui dirai de ne pas réfléchir et de foncer. Je ne cache pas que c’est une décision difficile suivant tout ce que vous avez en France ou ailleurs. Je ne cache pas que c’est très dur d’être loin de tout le monde, d’être « seuls » ici. Surtout en arrivant en plein hiver.. . Mais ce n’est rien face à tout ce que l’on découvre et tout ce que l’on apprend sur nous-même.

C’est une expérience unique. Et encore lorsque l’on s’expatrie comme nous avec un appartement, un travail fixe… On se dit que l’on a juste déménagé un peu plus loin. Il y a pleins de manières de vivre un PVT. 

En venant ici, je me suis prouvée que j’en étais capable. Je me suis prouvée qu’il fallait que j’ai plus confiance en moi. Les opportunités ne manquent pas. Mais il faut surtout croire en soi et se donner les moyens d’y arriver..

Vous pouvez retrouver les aventures de Séverine sur TWITTER, INSTAGRAM et sur son BLOG

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :